Suivi médical

La personne atteinte de la maladie coeliaque doit faire l’objet d’un suivi régulier et à long terme pour surveiller la conformité à l'alimentation sans gluten, l’évolution des signes et symptômes de la maladie, le risque de carences nutritionnelles, la normalisation des anticorps et pour surveiller l’apparition d’autres troubles auto-immuns.

Le suivi du taux des anticorps

Le taux des anticorps anti-tTG doit être mesuré à une fréquence plus régulière au début de la maladie. On observe en général un retour dans les valeurs normales 6 à 24 mois après l’adoption d'une alimentation sans gluten. Il importe cependant de savoir que le test n’a pas une bonne sensibilité pour donner des résultats positifs en cas d’exposition faible ou peu fréquente au gluten.

Doit-on faire une biopsie de contrôle?

Certains gastroentérologues effectuent systématiquement des examens de suivi pour confirmer que l’atteinte intestinale est bien disparue alors que d’autres ne le font pas. Il n’est habituellement pas nécessaire de répéter les biopsies lorsque les anticorps sont normalisés ou en voie de l’être. Toutefois, il est possible de répéter une biopsie dans certains cas, s’il y a persistance de symptômes et/ou élévation des anticorps après au moins 12 mois d'alimentation sans gluten, afin de valider si la maladie est toujours active ou si d’autres facteurs pourraient être en cause.

Complications possibles

En plus de nuire grandement à la qualité de vie, la maladie cœliaque non traitée peut entraîner des complications importantes, et cela, même si la personne ne ressent aucun symptôme. L’anémie et l’ostéoporose sont des manifestations fréquentes d’une maladie cœliaque non traitée. Parmi d’autres complications, on retrouve la maladie cœliaque réfractaire et le cancer de l’intestin grêle.

Maladie cœliaque réfractaire

La maladie cœliaque réfractaire est peu fréquente, quoi que possible. On observe alors une persistance ou une récurrence d’atrophie villositaire du petit intestin, qui s’accompagne de signes de malabsorption, et ce, malgré le suivi d’une alimentation sans gluten stricte pendant au moins 12 mois.

Le traitement de la maladie cœliaque réfractaire implique entre autres une médication et un suivi médical serré, étant donné les complications graves potentiellement associées. Il faut également exclure la présence de lymphome (un type de tumeur) ou d’une autre condition qui pourrait causer de l’atrophie, comme une infection.

Vous êtes membre et désirez plus d'informations, consultez l'article suivant.

Cancer du petit intestin

Les personnes cœliaques ont un risque augmenté de développer un cancer du petit intestin. Toutefois, ce risque demeure tout de même relativement faible. L’inflammation de longue durée en serait probablement la principale cause, d’où l’importance d’un dépistage précoce et d’une alimentation sans gluten stricte.

LIGNES DIRECTRICES À L'INTENTION DES MÉDECINS DE FAMILLE POUR LE SUIVI DES PATIENTS ATTEINTS DE MALADIE COELIAQUE

Voici un tableau qui peut être imprimé et remis à votre médecin de famille: SUIVI DES PATIENTS ATTEINTS DE MALADIE COELIAQUE.